Nyabizan, les populations en accord avec le PASEM

Les populations en accord avec le PASEM

A la faveur de la réhabilitation d’un forage et des dons pour le centre de santé de cette localité, les populations commencent à bénéficier réellement des retombées du PASEM.

Pour les populations de Nyabizan, le volet social du projet de Memve’ele est une réalité. Elles ont une fois de plus assisté le 04 juillet dernier à un événement qui est venu donner tout son sens au Programme d’Accompagnement Socioéconomiques du barrage de Memve’ele (PASEM) dont la mission première est de permettre aux populations riveraines de voir leurs conditions de vie boostées à travers des réalisations socioéconomiques palpables. 
Et pour la rétrocession de ce forage flambant neuf et des dons pour le centre de santé de cette localité, des personnalités au premier rang desquelles, le Sous-préfet de Ma’an, le Maire de la commune de Ma’an, le Chef de canton, le personnel du centre de santé ainsi que les populations riveraines ont tenu à être présentes. D’entrée de jeu, le Coordonnateur du PASEM, Monsieur BA’ANA, Représentant du Directeur du Projet a rappelé que cette cérémonie s’inscrivait dans le cadre des activités ponctuelles qui marquent le démarrage effectif de la mise en œuvre du volet socioéconomique de Memve’ele. Pour lui, cette cérémonie marque le début d’un processus qui va s’étendre à travers trois composantes majeures à savoir des formations, la mise en œuvre des activités génératrices de revenus (AGR) et la mise sur 
pied des infrastructures socioéconomiques. L’eau étant la vie, la meilleure façon d’illustrer les actions du PASEM était de commencer à offrir de l’eau à un centre de santé en particulier et aux populations riveraines en général. Le centre de santé a lui aussi reçu du matériel médical constitué 
de cinq (05) lits d’hospitalisation, une table d’accouchement, le matériel de petite chirurgie et les médicaments de première nécessité. Dans son propos, le Sous-préfet de Ma’an a exhorté les populations bénéficiaires de faire bon usage de ces retombées du PASEM. Et c’est avec un accord parfait que les populations installées dans la zone d’emprise du projet, et le PASEM se sont donnés rendez-vous pour la suite de la matérialisation de cette phase du Projet.

La formation de 45 jours ouverte à Ebolowa par le Gouverneur de la région du Sud est un autre fruit de la construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele.
c’est à un double chantier que le projet Memve‘ele via le PASEM à choisi de s’attaquer depuis le 14 juillet 2014 à Ebolowa. D’abord celui d’ouvrir ses activités à une plus large zone à savoir, former les jeunes camerounais de tous les horizons et résidant dans la région du sud ;
Ensuite celui de proposer des modules de formation qui les rendraient directement opérationnels pour participer aux travaux de construction du barrage et / ou des ouvrages connexes voire même dans d’autres projets structurants du Cameroun. Au total, 300 jeunes sélectionnés pour être formés dans des domaines divers tels que la maçonnerie, la plomberie, la chaudronnerie, l’industrie du bois, l’électricité et la menuiserie métallique. Et pour le lancement de cette Formation, c’est le Gouverneur de la région du Sud Jules Marcellin NDJAGA qui à lui-même présidé la cérémonie.
L’événement a été ponctué de trois interventions, notamment le mot de bienvenue de Monsieur le Représentant du Directeur du Projet, Monsieur MFOU Jean Jacques, l’allocution de Monsieur le Délégué Régional de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Monsieur Pierre Louis Bernard BANDA OWONO et enfin le discours de Monsieur le Gouverneur de la Région du Sud, Monsieur Jules Marcellin NDJAGA. Tous ont magnifié le bien fondé de cette initiative qui, étant un pan du cahier de charge du PASEM, permettra à de nombreux Camerounais de se donner des armes efficaces et efficientes pour affronter le marché de l’emploi. Mais au-delà, le Gouverneur de la Région du Sud a salué les actions du PASEM, parce qu’elles accordent une attention particulière à l’impact socio-économique du Projet hydroélectrique de Memve’ele sur les populations riveraines. Il a aussi félicité le cabinet FISCAGEST pour le démarrage effectif de cette formation en exhortant toutes les parties prenantes à prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer sa réussite. Il a enfin émis le vœu que cette initiative se multiplie en souhaitant que l’exemple du PASEM fasse tâche d’huile afin de booster les autres projets structurants à en faire autant dans le processus d’insertion socioprofessionnelle des jeunes.