AXE MEYO-CENTRE – NYABIZAN, PLUS QUE QUELQUES MOIS...

L’axe lourd qui doit relier les localités de Meyo-Centre et de Nyabizan en passant par Ma’an, pour donner un accès facile au barrage hydroélectrique de Memve’ele, est déjà réalisé à plus de 45%, pour le plus grand bonheur des populations riveraines.

 Il y a quelques années encore, nul ne pouvait augurer pour cette piste cacaoyère, un tel avenir. Grâce au barrage hydroélectrique de Memve’ele, et surtout à la détermination du Chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Paul BIYA, à mener jusqu’au bout la réalisation de ses grands projets, les populations de ce coin du pays peuvent toucher du doigt les réalités de grandes ambitions. 

Les travaux de terrassement, partis de Nyabizan sont rendus à Mebem, c’est dire que bientôt Meyo-Centre sera en ligne de mire, ce qui sonnera le glas du terrassement, et le début d'une nouvelle ère. Les bulldozers continuent tous les jours à creuser, retourner, et dégager pour faire place nette aux niveleuses, compacteurs et autres engins qui entrent en jeu dans cette première partie ô combien importante du bitumage d’une route. 

Le terrain naturel est déjà nivelé à près de 70%, et recouvert des couches de forme, de fondation, de base et de liaison, atteignant 20 cm par endroit. La dernière couche, la couche de roulement ou de finition encore appelée "enrobé" par certains, commence à être à peine posée, elle ne recouvre encore qu’une partie minime du trajet. Mais les essais sont concluants et prometteurs pour la suite des travaux.

En ce qui concerne la topographie, les techniciens sont actuellement au niveau de Endendem, et les travaux avancent tant bien que mal, malgré les difficultés inhérentes au début des pluies. Les travaux sont durs, mais les gars tiennent bon.

Les maçons qui réalisent les caniveaux en bordure de route quant à eux sont présents au chantier tous les matins à 7 heures pour faire leurs ouvrages. Ils ont la lourde charge de créer des voies d'eau pour leur écoulement vers les petits cours d'eau et autres ravins, ce sans quoi, l'action de ces eaux détériorerait rapidement le bitume. Les éventuels voyageurs peuvent les observer en plein travail aux alentours de la localité de Ma’an, plus précisément. 

La nouvelle carrière, un très haut monticule de gravier s'érige en plein cœur de la localité Bitoto, où les habitants peuvent venir contempler le va-et-vient incessant des engins excavateurs, dont la dextérité des conducteurs pousse toujours plus haut ce tas de moellons concassés, en plus de celui des pelles chargeuses et des camions qui ravitaillent la piste. C’est aussi sur ce site que se trouve l’une des bases vies du chantier.

Bientôt, la vision cauchemardesque des véhicules de transport clandestin (opep) et des grumiers qui cahotent sur la piste de brousse en y sémant la panique, ne sera plus qu’un lointain souvenir. Bon séjour et bon voyage à tous ceux qui iront à Nyabizan.